La grille de dessin

Les  grilles  de  dessin mettent les  gens  mal  à  l’aise. L’étudiant,  comme  l’artiste aguerri,  lancera des  regards prudents  autour  de  lui avant de  commencer  à tracer discrètement  les lignes d’une  grille   sur   sa   toile.   Pour quelles raisons, me demanderez-vous ? Eh   bien, la   grille   permet   de dessiner  tellement  plus facilement  et  rapidement qu’elle  donne  l’impression de...  tricher

Une gravure du manuel du  17ème siècle de Jean Dubreuil, "La perspective pratique pratique nécessaire à tous les peintres"

Start free drawing lessons

Receive your free drawing lessons right in your inbox every week.
These are not just little tips and techniques, but a full course of learning how to see, think, and draw like an artist.

Permettez-moi  de  vous  libérer  de  vos  complexes.  Il  est  certain  que  des  artistes  aussi  importants  que  Vermeer,  Dürer  ou  encore  Van  Gogh  ont  utilisés  des  grilles  pour  réaliser  leurs  dessins  et  tableaux.  S’ils  l’ont  fait  avant  nous,  nous  n’allons  pas  nous  en  priver,  d’autant  plus  que  vous commencez  à  peine  à  apprendre  à  dessiner.  Le  principe  fondamental  consiste  à  garder  en  tête le  rôle  de  la  grille:  il s'agit d'un outils,  mais  pas  d'une  béquille.  N’oubliez  pas  de  vous  exercer  à  dessiner  sans  elle,  afin  de  développer  la  précision de  votre  regard.  

Penchons-nous   rapidement   sur   les   origines  des   grilles   de   dessin,   cela   vous   sera   utile   pour  comprendre  la  façon  dont elles fonctionnent.

Chambre avec vue

Au  début  du  XVème  siècle,  l’artiste florentin  Brunelleschi  a  conduit  une  célèbre  expérience  par  laquelle   il   a   démontré   les   règles   fondamentales   du   dessin   en   perspective.   Il   ne   fallut   pas  longtemps   pour   que   les   artistes   de   la Renaissance,   à   Florence   et   dans   toute   l’Italie,  commencent  à  utiliser  cette  perspective  de  façon  éblouissante  dans  leurs  tableaux.

Vingt  ans  plus  tard,  l’artiste et  théoricien  d’art  Leon Battista  Alberti  a  écrit  le premier  traité  moderne  sur la  peinture,  "De  Pictura" (De la  peinture).  Il  y  affirme que le  travail  de  l’artiste consiste à  illustrer  le  monde à travers ses  dessins  de façon  à  donner  l’impression  d’être dans  une  pièce  et  de regarder  une  scène  au travers  d'une  fenêtre.

La grille de dessin d'Alberti, ou "voile".

Dans  son  traité,  il  décrit  une  méthode  simple :  l’artiste  doit  dessiner   une   grille   sur   la   surface   d’une   véritable   fenêtre   et recopier   la   vue   sur   une   toile   quadrillée   exactement   de   la  même  manière.

Pour  des  raisons  pratiques,  il  est  vraisemblable  qu’il  ait  établi cette  méthode  à  des  fins  démonstratives,  mais  ce  concept  est fondamental  pour  nous.  La  fenêtre  correspond  à  ce  que  l’on appelle  «le  plan  pictural». La  grille  de  dessin  ou  « le  voile d’Alberti ».

Regardons  les  choses  d’une  autre  façon.  A  l’époque  de  la Renaissance,  les  artistes  aimaient  décrire  le  fonctionnement  de  la  perspective  en  utilisant  la  métaphore  de  l’archer  et  de  la  flèche. Tout  comme  l’archer  ferme  un  œil  et  suit  la  ligne  de  sa  flèche  pour  viser  une  cible  déterminée,  l’artiste  doit  imaginer  une  ligne  allant  de  son  œil  jusqu’au  point  de  fuite  de  l’image.

Alberti  a  imaginé  cette  ligne,  dont  la  direction  évolue  selon  l’orientation  du  regard,  formant  ainsi  un  cône  de  rayons  irradiant  de  l’œil  de  l’artiste.  Le  plan  pictural, comme  le  montre  mon  dessin  ci-dessous,  est  comparable  à  une  vitre  qui  intercepterait  ces rayons.

Vous  voulez  essayer ?  Il  vous  suffit  de  vous  placer  devant  une  fenêtre  et  de  regarder  un  arbre  ou  un  bâtiment  à  travers  la  vitre.  Si  vous  fermez  un  œil,  vous  pourrez  facilement  en  tracer  les  contours  sur  le  verre.  Ça  y  est,  vous  dessinez  sur  le  plan  pictural  d’Alberti !

Parviendrez vous  à  reproduire   cette   forme   aussi   facilement,   et dans   les   bonnes   proportions,   sur   une   feuille   de papier ?  Comment  vous  y  prendriez-vous  pour  agrandir  ou  réduire  la  taille  du  dessin ?

Notre grille à dessin chérie

C'est à ce moment-là que les grilles de dessin entrent en jeu.

Les  artistes  de  la  Renaissance  ont  transformé le  dessin  en perspective pour en faire un  art  très  sophistiqué  et  mathématique. Cependant,  au  XVIème siècle,  la  meilleure  façon  de  reproduire une  image  à  échelle  réelle  consistait  à  dessiner  ses  contours sur  une  plaque  de  verre,  en  utilisant  la  «fenêtre  artistique»   telle   que   l’a   décrite   Alberti   ou   encore   De   Vinci,   et   dont   vous   pouvez   voir   une  illustration  au  début  de  ce  chapitre.

Illustration  extraite  du  «Traité  des  proportions» de  Dürer mettant  en  scène  la  méthode  de  mise  à  l’échelle  qui consiste  à  tracer  les  contours  d’un  objet  sur  une plaque  de  verre  – en  d’autres  mots,  sur  «le  plan pictural».

En   1506,   l’artiste   allemand   Albrecht   Dürer se   plonge  dans   la  théorie   de   l’art   italien   de   la Renaissance.  Après  un voyage en  Italie,  il  écrit  une  œuvre  extrêmement  influente,  le  Traité des  proportions,   qui   illustre   un   grand   nombre   d’outils   de   mise   en   perspective   désormais   très  célèbres.

Dans  cette  célèbre  illustration,  nous  voyons  la  grille  de  dessin de  Dürer,  aussi  appelé  la  «machine  à  perspective».

L’outil  qui  nous  intéresse  le  plus  est  la  «machine  à  perspective»  de  Dürer,  dont  le  concept  s’appuie   sur   un   outil   similaire   de   De   Vinci,   lui-même   inspiré   de   la   grille d’Alberti  (parfois  appelée  «le  voile  d’Alberti»).  Il  consiste  en  un  cadre  en  bois  de  forme  carrée  sur  lequel  sont  tendus  des  fils  noirs  formant  une  grille.  L’artiste  doit  se  positionner  derrière  un  oculaire  placé  à  une  distance  correspondant  à  deux  fois  la  hauteur  du  cadre.  Ensuite,  l’artiste  observe  la  scène  à  travers  l’oculaire  et  recopie  ses  contours  sur  une  feuille  de  papier  quadrillée  dans  les  mêmes  proportions.

Qu'est-ce que cela signifie pour vous

Aujourd’hui,   les   grilles   sont   encore   beaucoup   utilisées.   En   France,   il   est   encore   possible   de  trouver  des  grilles  de  poche  appelée  «œil  de  vieux»,  bien  qu’il  soit  difficile  de  se  procurer  cet  outil  rare  utilisé  par  les  architectes  paysagistes  pour  dessiner  les  fondations  des  maisons  et  jardins.  Si  vous  avez  vu  le  film  de  Peter  Greenaway,  Meurtre  dans  un  jardin  anglais,  sorti  en  1982,  vous  avez  pu  y  observer  un  paysagiste  travaillant  sur  une  grille  de  plus  grande  dimension  posée sur  un  trépied.

Si  vous  souhaitez  reproduire  une  image,  vous  obtiendrez  un  résultat  plus  précis  rapidement  et  facilement  en  quadrillant  l’original  avant  de  le  transférer  sur  une  feuille  de  papier  quadrillée  dans  les  mêmes  proportions.  Non,  ce  n’est  pas  de la triche !  Si  des  types  comme  Michel-Ange  et  Raphaël  ont  pu le  faire,  nous  n’avons  pas  à  avoir honte  de  les  imiter !

Vous  serez  peut-être  tenté  de  jeter  un  coup  d’œil  à  ma  traduction  des  pensées  d’Alberti  sur  l’utilité   des   grilles.   Il   peut   également   être   intéressant   de   lire   ce   que   Van   Gogh   disait   à   leur  propos.

Vous  voulez  essayer ? Rendez-vous  au  chapitre 3,  qui  expose les  différentes  façons  d’utiliser  la  grille.  Il  traite  également  du rapport  hauteur/largeur  – en  d’autres  mots,  de  la  façon  d’éviter un  dessin  disproportionné  lorsque  vous  souhaitez  agrandir  ou réduire  la  taille de l'original.

New! Comments

Have your say about what you just read! Leave me a comment in the box below.